Michelle Duhamel : Une approche de l'Ecopsychologie et des Constellations
Michelle Duhamel : Une approche de l'Ecopsychologie et des Constellations

                                     Mon parcours

 

 

 

   Quand j’avais cinq ans, il parait que je regardais le ciel et que je demandais ce que nous faisions sur terre. Beaucoup plus tard, j’ai voulu comprendre le sens de l’existence et des divers événements qui m’arrivaient. Il me fallait trouver une méthode  de connaissance de soi.

 

   Je me suis tournée vers un art millénaire, l’astrologie.

 

   J’ai d’abord étudié l’astrologie traditionnelle, puis l’astrologie humaniste avec Samuel Djian.

 

   Ces années d’étude m’ont permis de comprendre la structure des personnes. Ce fut pour moi

la première approche des systèmes avec ce système solaire qui vit à l’intérieur de nous. Ensuite, je suis allée à Londres suivre les cours de Liz Green qui est plus tournée vers la psychologie et la psychanalyse en raison de sa formation initiale. Cette approche de l’astrologie vue par une femme a conduit à la découverte d’autres parties de moi-même.

 

 

   Je n’ai jamais compris pourquoi l’astrologie était si décriée.  Le lundi, jour dédié à la lune, ne nous perturbe pas. Quand nous disons que notre ami est jovial, nous lui attribuons les qualités de Jupiter. Mercredi, le jour des enfants, est attribué à Mercure, le messager. D’un soldat on dit qu’il a l’air martial, en référence à Mars, le dieu de la guerre. Il n’y a rien d’ésotérique dans tout cela. Je pense qu’à un certain moment toute cette connaissance a été recouverte d’un épais manteau  de méfiance, de calomnie et d’ignorance.

 

   Un thème natal est constitué de 12 signes et de 12 maisons terrestres qui sont en rapport avec nos champs d’expérimentation. Comment ne pas comprendre que l’on fait référence aux 12 mois de l’année. Nous avons 10 doigts comme les 10 planètes principales du thème natal, photo de l’univers au moment où nous poussons notre premier cri. Nous avons perdu tous ces liens au fur et à mesure du temps. Autrefois l’astrologie servait davantage au destin de la collectivité. Les princes qui nous  gouvernaient cherchaient les meilleures dates pour aller guerroyer ou pour avoir les meilleures récoltes.

  

   Maintenant nous sommes à un moment de développement de la planète où nous nous intéressons à nos destins individuels. Le premier astrologue qui s’est vraiment intéressé à cela, c’est Dane Rudhyar, né Daniel Chenevière en France. Beaucoup d’autres ont suivi, comme Alexander Ruperti et Samuel Djian.

  

   C’est un travail colossal, car chaque planète a 144 positionnements possibles à notre naissance. Si je dis je suis Scorpion, je divise les millions de personnes en 12 groupes, or nous sommes des millions d’individus pour ne reprendre que la France. Il y a autant de thèmes que de personnes différentes . C’est ce qui en fait toute la subtilité.

  

   Si deux personnes naissent au  même moment, mais dans des milieux différents, les grandes lignes de l’existence resteront les mêmes, mais le quotidien sera autre. C’est ce qui m’a conduit vers la psychogénéalogie, car on voit des personnes très différentes les unes des autres à cause d’héritages familiaux divers.

 

   Je ne peux m’empêcher de penser à Aragon qui écrivit je te déteste Univers où l’on lit :

« C’est ainsi qu’on habitue un être à une pétition de principe, de laquelle il n’aura jamais notion, par quoi perpétuellement il fera passer sa pensée, c’est ainsi qu’on fabrique dans les maisons tranquilles les magots de l’esprit de famille, dont le nombre est plus grand encore que celui des vérolés de nos jours. Il y a dans l’idée de famille un germe de folie. »

 

   La famille semble être le lieu où la folie se met en place avec la notion de double lien, double lien qui donne une injonction paradoxale. Sois comme  moi, mais fais mieux, dit le travailleur manuel à son enfant. Comment être loyal au père, si on fait mieux que lui. Des générations d’enfants ont eu l’impression de trahir leurs ancêtres en ayant un métier plus valorisé que celui de leurs ascendants.

 

   Souvent dans les familles il y a eu des enfants illégitimes cachés, des filiations passées sous silence pour ne pas importuner le parent. Autrefois pour les femmes être une « fille-mère » était inconcevable dans les bonnes familles. Ces femmes séduites, puis abandonnées, portaient toute la honte de la société. Les hommes eux s’en tiraient à bon compte. Ils ne faisaient que prouver leur virilité à l’extérieur du milieu familial. Comment s’étonner de toutes ces difficultés dans l’arbre généalogique ? Souvent un descendant a lui aussi un enfant né hors mariage et on découvre que cela s’est reproduit sur 3 ou  4 générations. Le descendant est venu pour faire revivre cet ancêtre caché. Les familles dysfonctionnelles retrouvent de l’énergie et peuvent faire émerger les secrets. Ce n’est pas la monstruosité du secret qui est en cause, mais le fait que rien n’ait été dit. Très peu de secrets sont réellement monstrueux : enfant illégitime, premier conjoint passé sous silence, remariage d’un ancêtre sont des faits qui sont monnaie courante aujourd’hui et qui ne portent pas préjudice à autrui. Certains faits sont assez inavouables tels que viols, tortures, crimes mais ils restent peu nombreux.

 

   En ce qui concerne les guerres, elles restent des sujets tabous et il faut souvent des dizaines d’années avant que l’on puisse en parler. On commence seulement à parler vraiment de la guerre d’Algérie et de tout ce qui s’est passé. Il faut souvent attendre les petits enfants, car les enfants sont toujours sous le choc des traumatismes des parents. Ce sont les petits enfants des personnes mortes en camps de concentration, qui arrivent à mettre des mots sur l’horreur vécue.

  

   L’astrologie m’a aidée à me construire. Le dessin du thème avec ses planètes, ses signes zodiacaux, ses maisons terrestres, est un repère sur lequel je peux m’appuyer. Le moment de ma naissance est inscrit quelque part et personne ne peut me l’enlever. Les planètes existent  dans le cosmos. Le soleil se lève à l’est chaque matin,  il se couche à l’ouest chaque soir. Ce côté immuable permet de trouver une stabilité et une raison de vivre. L’alternance des jours et des nuits apporte aussi une régularité et permet au corps de se reposer après une journée de travail. Après avoir décodé dans mon thème le moment où ma vie a basculé, je sais que je peux compter sur cette aide précieuse pour me guider et pour guider d’autres personnes.

  

   Les 12 secteurs de vie concernés par le thème natal recouvrent la personnalité, les dons, la communication, la famille, les loisirs, le travail au quotidien, les relations, les héritages, les voyages et les apprentissages, la profession, les associations et les lieux où l’on se retire pour prendre du recul. Selon les signes on pourra donner une signification à tous ces secteurs de vie.

  

   Puis l’analyse des planètes donnera encore des éléments à prendre en compte.

   Le Soleil va permettre de comprendre ce qui correspond avec notre identité profonde. Pour moi qui possède un soleil dans le signe du cancer, je suis attachée à tout ce qui représente la famille, les enfants, la sensibilité, les émotions, l’enfance, le passé.

   Dans une première partie d’existence, j’ai été en contact avec des enfants et l’enseignement  d’une langue étrangère. Mon soleil est placé dans la maison réservée à l’étranger.

   Par contre, plus récemment je me suis attachée aux Constellations Familiales, méthode qui concerne la famille, les émotions et le passé.

   Chacun à des moments divers de son existence va utiliser ses capacités  pour évoluer, mais à sa manière. Effectivement, si nous ne sommes pas attentifs à tous nos potentiels, nous pouvons croire que ces deux activités  n’ont rien à voir. En observant tous les liens que nous pouvons faire dans un thème, cela donne des résultats surprenants et inattendus.

   La Lune indique le côté émotionnel de la personne, sa sensibilité. Elle révèle la façon dont chacun d’entre nous a vu sa mère, même si objectivement elle est autre.

   Prenons l’exemple d’une mère qui a trois enfants. Le premier arrive dans la famille très tôt, alors que la mère essaie de se construire une carrière. Le deuxième nait, quand la mère arrête de travailler pendant une longue période et le troisième, alors que la mère  subit un deuil. Chaque Lune sera très différente dans le thème des enfants. On peut imaginer une Lune en Capricorne pour le premier qui signera les difficultés rencontrées par la mère, puis ensuite une Lune en Gémeaux, car elle aura le temps de bavarder à la naissance du deuxième et finalement une Lune en Scorpion qui marquera le côté deuil, introspection, souffrance et quand l’un des enfants aura des difficultés scolaires ; tout le monde va dire : c’est la même mère, elle les a élevés de la même manière et chaque enfant sera capable de dire : elle ne s’occupait pas de moi, quand j’étais petit ou bien elle était tout le temps après moi ou elle était triste.

   Les enfants sont de redoutables révélateurs de ce qui se passe dans la famille. Quand on voit des émissions où l’on traite seulement l’enfant « difficile » sans observer ce qui se passe dans le milieu familial, on résout rarement le problème et on ne fait que renforcer les problèmes.

 

Recommandez cette page sur :

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de Michelle Duhamel.

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© michelle duhamel